Comment se défaire d’une relation fusionnelle ?

Une relation fusionnelle peut concerner tout le monde. Elle peut concerner les relations parents-enfants, mère-fils, mère-fille, père-fille. La relation amoureuse aussi, la relation de couple. Ça peut absolument concerner tout le monde.

Alors, apparemment, cela peut être ou apparaitre anodin, une relation fusionnelle. C’est très séduisant une relation fusionnelle, en amour. On se dit : « Tu es tout pour moi, je suis tout pour toi ». On est dans un état amoureux, au climax de la passion. Donc, c’est romanesque. Et puis, on a tous envie de vivre des histoires uniques. Des histoires très fortes.

Juste avant, rejoignez la newsletter La Lettre privée des Winners, dans laquelle vous recevrez chaque jour dans votre boite mail, un email motivant qui va vous apprendre à séduire comme un beau gosse, rencontrer de belles demoiselles et les emmener dans votre lit naturellement. Dans ces mails, vous découvrirez aussi mes secrets en séduction, en persuasion et en psychologie féminine.

Pour rejoindre la communauté des Winners, cliquez ici.

LA RELATION FUSIONNELLE EST UN LEURRE

Mais on peut, comme ceci, continuer à se leurrer. Parce que la relation fusionnelle est un leurre : l’amour n’a rien à voir avec la fusion. Il n’a rien à voir avec cet attachement, qui peut être toxique.

Et c’est ce que nous dit Saverio Tomasella, dans son dernier ouvrage, Les relations fusionnelles. Je ne suis rien sans toi. Cette phrase est le sous-titre de cet ouvrage et elle est très importante. Car elle fait partie de l’arsenal qui nous alerte. C’est un « warning » pour nous expliquer, pour nous révéler que l’on est avec un profil fusionneur. On peut être un profil fusionneur sans le savoir, sans en avoir conscience. Et on peut être avec quelqu’un de fusionneur sans le savoir.

Saverio Tomasella nous dit que, passés les premiers temps de l’amour passion, il faut faire attention. Parce que normalement, tout rentre dans l’ordre. Mais si ça dure, cela peut s’avérer toxique pour l’un ou pour l’autre. Il nous explique comment on reconnait justement un profil fusionneur.

Pour lui, il n’est pas sûr que l’on soit fusionnel par hasard. C’est beaucoup par l’histoire qu’on a vécue. De beaucoup par rapport à ce qu’on a vécu enfant. Est-ce qu’on a été abandonné ou pas ? Ou parce qu’on a eu peur d’être abandonné. Est-ce qu’on a vécu des longs moments de solitude qu’on n’a pas supportés ?

Ou au contraire, est-ce qu’on a été étouffé et qu’on ne veut surtout pas reproduire ce genre de relation ? Ou est-ce qu’on a manqué de présence, de la part des parents dans l’enfance ? Et que l’on veut compenser cette absence parentale pour se dire : « Cette fois-ci, une fois que je vivrai une belle relation, je ne lâcherai plus l’autre que j’ai trouvé ».

LES TROUBLES DE L’AMOUR FUSIONNEL

A partir de quand peut-on dire que la relation fusionnelle représente un trouble ? A partir du moment où l’une des personnes, ou les deux (parfois, ce sont les deux personnes), ne peuvent plus se passer l’un de l’autre. Elle a tout le temps besoin de ses nouvelles, le besoin de faire des choses avec l’autre. Besoin de partager ses idées, ses activités. Elle fait tout avec l’autre et ne sait plus s’en passer, tel une drogue.

Les personnes fusionnelles ont, généralement, tout le temps besoin d’être avec quelqu’un. Ce sont des personnes qui ont besoin de compagnie. Qui ont besoin de présence et de contacts. Donc, elles se débrouillent pour vivre en permanence avec quelqu’un, que ce soit au travail, dans la vie familiale ou amoureuse, ou même dans la vie amicale et dans les loisirs.

Il y a des phrases typiques de personnes fusionnelles, comme : « Je ne suis rien sans toi », « Je ne peux pas vivre sans toi », « Je suis perdu quand tu n’es plus là », « Je me sens abandonné dès que tu pars », « Je plonge dans l’angoisse si tu pars deux jours ». Ce genre de phrases…

Le fusionnel ne peut pas exister par lui-même. En tout cas, il croit qu’il ne peut pas exister par lui-même. Parce qu’il a cette habitude de toujours faire les choses avec quelqu’un d’autre, de pouvoir se reposer sur quelqu’un d’autre pour s’appuyer sur lui. Et donc, petit à petit, il s’est fait une idée, qui n’est réelle, elle est issue de son imagination, selon laquelle il ne peut pas vivre sans l’autre.

LES DANGERS DE LA RELATION FUSIONNELLE

Cela devient dangereux quand on en arrive à des phrases du genre « Je ne suis rien sans toi ». Cela veut dire qu’on n’existe pas sans une tierce personne. En cela, ça dénote un vide existentiel, un vide personnel. On pense que l’on est vraiment heureux dans cette situation, que l’on vit un véritable amour, alors que ce n’est pas le cas.

Il y a d’autres signes également : c’est que le fusionneur se sent abandonné lorsque l’autre est absent. Il y a vraiment la notion d’« abandon », qui est archaïque, qui a été forcément ressentie par la personne quand elle était enfant.

Dans la crainte de rester seul, le fusionneur va enchainer les partenaires. L’époque actuelle aide bien à cela, avec les réseaux sociaux et sites de rencontres, qui font qu’on enchaine plus facilement aujourd’hui les partenaires.

On a tendance à couver nos enfants, quand on est un parent fusionneur. On a tendance à les protéger et à être inquiet quand ils sont loin. Les mères notamment, c’est-à-dire pas une semaine sans qu’il y ait un coup de téléphone à la maman. C’est ça aussi, la relation parent-enfant.

Le fusionneur peut manipuler l’autre. Il peut le faire culpabiliser justement pour le retenir, en disant : « Je ne suis rien sans toi, donc si tu n’es pas là, je meurs. Je n’existe pas sans toi ». Il y a une faille existentielle patente.

Mais elle est d’abord rassurante, c’est cela qui est piégeux. C’est que la tentative fusionnelle ne fait que masquer les failles douloureuses et entretenir un manque. Un manque qui ne viendra jamais être comblé. Il ne le sera jamais parce que c’est une faille de l’enfance qu’il faut guérir tout seul, avec une aide psychothérapeutique.

défaire relation fusionnelle

LES RELATIONS FUSIONNELLES SONT DESTRUCTRICES

Les relations fusionnelles sont des relations qui détruisent plus qu’elles ne construisent. Une relation destructrice, c’est une relation qui va dégrader la qualité de votre relation amoureuse. Une relation constructrice, c’est une relation qui améliore la qualité de votre relation amoureuse. Et donc, par extension, de votre vie.

Alors, pourquoi les relations fusionnelles sont des relations qui détruisent plus qu’elles n’améliorent la qualité de votre vie ? Une relation fusionnelle, ça veut dire qu’on va « fusionner » avec l’autre. C’est le principe de la fusion. Une fusion, c’est quoi ? Cela signifie que « mon identité fusionne avec ton identité » et nous ne formons plus qu’un « nous ». On perd son identité propre au profit de la relation.

Le problème, c’est qu’il n’y a plus de « je », « toi » et « nous ». Il n’y a plus qu’un « nous ». C’est-à-dire que vous lâchez une partie de votre identité, l’autre lâche une partie de la sienne, pour pouvoir créer un couple. Mais dans ce cas-là, qui êtes-vous ? Qui devenez-vous ? Vous vous effacez. Et l’autre aussi. On ne sait plus vraiment qui on est, en fait.

Le problème de la relation fusionnelle, c’est que ça donne un indicateur extrêmement important sur comment se sentent les deux partenaires.

Autrement dit, si vous avez besoin pour être heureux et pour vous sentir bien d’une relation fusionnelle, d’avoir cette sensation de fusionner avec quelqu’un d’autre. D’avoir cette sensation de lâcher une partie de votre identité pour ne créer plus qu’une seule identité avec l’autre personne. Ça veut dire que, très certainement, il y a un schéma de la dépendance affective.

LE SCHEMA DE LA DEPENDANCE AFFECTIVE

Un des concepts principaux, c’est que ce n’est pas parce que vous avez un schéma de la dépendance affective que vous êtes dépendant affectif. C’est complètement différent. Vous n’êtes pas vos comportements. Vous êtes qui vous êtes et vous avez des comportements.

Donc, vous avez peut-être un schéma du dépendant affectif. Mais cela ne veut pas dire que vous êtes dépendant affectif. Vous vous comportez comme un dépendant affectif. Il y a vraiment une grande différence : vous n’êtes pas vos comportements.

Qu’est-ce que ça veut dire, alors ? Pourquoi je fais un lien entre la dépendance affective et la relation fusionnelle ? Parce que si vous avez vraiment besoin de fusionner avec quelqu’un, d’avoir votre identité qui fusionne et qui s’efface avec quelqu’un. Ca veut dire que vous n’êtes pas suffisant avec vous-mêmes. C’est-à-dire que vous, avec vous-mêmes, aujourd’hui, ça ne suffit pas à votre propre vie. Voilà ce que ça veut dire.

Et la définition même de quelqu’un qui ne se suffit pas à lui-même, c’est quelqu’un qui se comporte comme un dépendant affectif : « J’ai besoin des autres pour être heureux », « J’ai besoin des autres pour aller mieux », « Je suis assez heureux, mais j’ai quand même besoin de quelqu’un d’autre », « J’ai besoin d’une relation, d’un partenaire », « J’ai besoin d’amis, d’un chien, d’une licorne…pour être heureux. Parce que moi, avec moi-même, ça ne suffit pas ».

LA RELATION FUSIONNELLE EST PLUS UN SIGNE PLUTOT QU’UN PROBLEME

Donc, voici le réel problème de la relation fusionnelle : c’est que la relation fusionnelle n’est pas un problème en soi. C’est juste qu’elle donne une indication. C’est un signe qui vient indiquer que, certainement, vous avez un schéma de dépendance affective.

Parce que, quand vous cherchez, quand vous creusez et quand vous commencez à analysez un petit peu les choses, vous vous posez cette fameuse question : « Si je n’étais pas dépendant affectif, si je n’avais pas ce schéma de la dépendance affective, est-ce que j’aurai besoin de fusionner avec quelqu’un et d’une relation fusionnelle ? » Absolument pas.

Non seulement vous n’en auriez pas besoin, mais vous n’en auriez pas envie non plus. Pourquoi ? Parce que, si en face de vous, quelqu’un a envie de fusionner avec vous, mais que vous, vous êtes bien avec vous-mêmes, est-ce que vous allez vouloir lâcher une partie de votre identité ? La réponse est non.

Si vous êtes bien avec vous-mêmes, vous + l’autre = couple. Il y a donc trois entités dans le couple : moi, toi et nous. Et cela vous suffit amplement. Parce que vous gardez votre identité, vous gardez vos comportements. Vous gardez qui vous êtes et cela vous suffit.

Rappelez-vous que le couple, c’est l’union, ce sont deux entités bien différentes, deux individus différents, qui unissent leur vie. On met en commun nos forces et nos faiblesses. La preuve quand on se marie : « Vous êtes UNIS par les liens du mariage ».

Et en plus, vous rajoutez le fameux « nous », la troisième identité du couple. Le fameux « nous » qui est, d’une certaine manière, la petite cerise sur le gâteau. Ce qui fait que c’est un plus dans la vie. Que vous êtes déjà bien avec vous-mêmes et davantage avec cette cerise sur le gâteau. Donc, ne cherchez pas à changer l’autre pour qu’il soit comme vous, afin que vous soyez fusionnel. Que feriez-vous d’une personne comme vous ? Que feriez-vous d’un clone de votre personne ?

UN DEFI A RELEVER POUR LE DEPENDANT AFFECTIF

Tant que le « nous » ne sera pas qu’une cerise sur le gâteau. Et tant que le « nous » sera une part complète du gâteau, cela veut dire que vous avez besoin de l’autre. Si vous avez besoin de l’autre, c’est que vous n’êtes pas suffisant à vous-mêmes. Et si vous n’êtes pas suffisant à vous-mêmes, c’est que vous avez un schéma de la dépendance affective.

Finalement, le problème n’est pas la relation fusionnelle en elle-même, mais ce qu’elle indique. Si vous avez besoin d’une relation fusionnelle, si vous avez besoin de passer énormément de temps avec quelqu’un. Et d’avoir une sensation de vous fondre avec l’autre, si vous avez besoin de ceci, c’est qu’il y a un challenge en vous. Un défi que vous devez chercher à résoudre.

Parce que le dépendant affectif finit toujours par créer des relations qui ne sont jamais bonnes pour lui. Elles finissent toujours par être néfastes, soit par une rupture amoureuse, soit par une violente dispute.

Dans tous les cas, les personnes ne peuvent pas être heureuses et pleinement épanouies dans leur couple. Honnêtement, je ne connais personne sur cette Terre qui soit dépendant affectif ET qui soit heureux. Fondamentalement heureux.

Pour en savoir plus, consultez ma chaine YouTube : Maxime Séducation™

Pour changer de vie et atteindre le niveau des Winners, voici mes formations : Séducation